#{fil.ariane}#

La Capoeira, un art, une histoire !

La Capoeira invite aux rencontres. Elle fait voyager dans le temps, la danse, l’histoire, l’art, la musique, le chant, la linguistique, la géographie, la philosophie... La Capoeira permet à chaque animateur de raconter une histoire et à chaque pratiquant de devenir acteur de cette histoire. Ce n’est ni une lutte, ni une danse, ni un art. C’est un peu tout cela à la fois !

Un moyen d’expression, d’exister

Art martial afro-brésilien, la Capoeira tire ses racines des techniques de combat et des danses des peuples africains du temps de l’esclavage au Brésil. N’ayant pas le droit au port d’armes, ces derniers développèrent un art de combat en empruntant certains mouvements à des danses rituelles basées sur l’observation des animaux. Vus d’un mauvais œil, ces entraînements martiaux furent interdits. Mais la Capoeira réapparut peu de temps après, accompagnée d’instruments de musique et de chants. Elle exprimait une forme de rébellion contre la société esclavagiste, où les capoeiristes s’entraînaient à lutter sous l’apparence d’un jeu. Quand les maîtres portugais s’approchaient, le caractère martial était déguisé par la musique et les chants, et le combat prenait la forme d’une danse spectaculaire.

La maîtrise de soi et le respect des autres...

Conscient que ses coups peuvent être fatals, le capoeiriste doit maîtriser ses mouvements vis-à-vis de son partenaire et ce, même si les deux possèdent une part de responsabilité. En effet, si le coup est porté involontairement, les deux sont responsables car celui qui a porté le coup doit pouvoir le maîtriser et celui qui l’a reçu doit pouvoir l’esquiver. Par ailleurs, la Capoeira est une activité propice au contact. Mais, on peut porter le coup en maîtrisant sa force pour ne pas blesser son partenaire. Comme l’indique l’organisation d’une séance (cf. ci-contre « Comment s’organise une séance de Capoeira ? »), les pratiquants sont deux par deux et réalisent des gestes de Capoeira. C’est une situation concrète d’échanges et de jeux de rôle, où le premier attaque et le second esquive. Ils répètent plusieurs fois l'exercice en échangeant leur rôle.

Ludique et exaltant

Musique, chant, technique... un cocktail exotique qui nous transporte. Prenons l’exemple de l’Aú, autrement dit la roue. Il s’agit d’un des premiers mouvements que l’on apprend en Capoeira. Ludique et exaltant, il renforce le haut du corps et permet ensuite d’envisager d’autres mouvements plus complexes.